UNWTO News 68

Release Date: 
25 Oct 17

Afin de débattre du cadre de travail dans le secteur du tourisme, l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) et l’Organisation internationale du Travail (OIT) ont organisé une rencontre à Madrid. Celle-ci s’inscrivait dans le contexte de l’Année internationale du tourisme durable pour le développement (2017) et s’est déroulée au Ministère espagnol de l’Énergie, du Tourisme et du Numérique.

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT), l’Association des voyages de la région Asie-Pacifique (PATA) et le Gouvernement populaire de Guilin (Chine) ont organisé le onzième Forum OMT/PATA sur les tendances et les perspectives du tourisme du 10 au 12 octobre 2017. L’édition de cette année avait pour thème « Le tourisme durable, plus qu’un tourisme vert », dans le droit fil de la célébration de l’Année internationale du tourisme durable pour le développement (2017). Le Forum, qui bénéficie de la collaboration de longue date de la Hong Kong Polytechnic University, s’est imposé ces 11 dernières années comme une plateforme de référence en ce qui concerne les tendances mondiales et régionales du tourisme. 

La deuxième Conférence mondiale de l’OMT sur le tourisme œnologique qui s’est tenue à Mendoza (Argentine), les 29 et 30 septembre, s’est employée à faire valoir l’importance du vin et de la gastronomie entendus comme des composantes essentielles du développement du tourisme. La Conférence était coorganisée par l’OMT et par le Ministère du tourisme de la République argentine, en collaboration avec la région de Mendoza et la Chambre argentine de tourisme.   

Les membres du Comité mondial d’éthique du tourisme, lequel a joué un rôle moteur dans l’approbation récente de la Convention-cadre relative à l’éthique du tourisme par l’Assemblée générale de l’OMT tenue à Chengdu (Chine), ont été reconduits dans leurs fonctions.

Depuis 1980, la Journée mondiale du tourisme est fêtée tous les ans le 27 septembre à travers le monde. Les célébrations officielles de cette année ont eu lieu à Doha, la capitale du Qatar.

L’OMT, dans le cadre de ST-EP (Tourisme durable – élimination de la pauvreté), a apporté son soutien au Ministère ougandais du tourisme aux fins de l’exécution du projet de tourisme des chutes Kisiizi. Les chutes Kisiizi se trouvent sur le cours du fleuve Rushoma, en direction des principaux parcs nationaux de l’Ouest de l’Ouganda dans une zone desservie par l’hôpital de Kisiizi.

Le projet visait à développer les activités touristiques aux chutes Kisiizi. Il a permis l’aménagement d’un centre d’accueil des visiteurs, de toilettes, de sentiers de randonnée, de points de vue panoramique, d’un monument, d’un lagon, d’une tyrolienne, d’un pont de singe, de panneaux de signalisation routière et de panneaux d’affichage. Le projet, qui a mobilisé la communauté, a aussi permis de dispenser des formations de guide et de services d’accueil.

Ce projet s’est traduit par une augmentation de la fréquentation touristique des chutes Kisiizi (7 856 visiteurs au cours du premier semestre 2017) et les entreprises communautaires retirent des bénéfices de la vente de produits et de services touristiques. Une partie des revenus du tourisme est reversée au Good Samaritan Fund, lequel prend en charge les frais médicaux des membres les plus défavorisés de la communauté qui ne pourraient, autrement, se faire soigner.

Ce numéro des European Union Short-Term Tourism Trends offre des données sur les arrivées de touristes internationaux dans l’Union européenne (UE-28) au cours du premier semestre 2017. Il donne également un aperçu des dépenses et des recettes du tourisme international au cours de la même période.

D’après les données disponibles pour la période allant jusqu’à juin 2017, 14 pays sur les 28 que compte l’Union européenne ont enregistré une croissance à deux chiffres des arrivées. On estime qu’en tout, les destinations de l’UE-28 ont reçu 231 millions d’arrivées de touristes internationaux de janvier à juin 2017, soit 17 millions de plus qu’en 2016. Ceci représente une hausse sensible de 8 % par rapport à 2016 et fait de ce premier semestre 2017 le meilleur semestre qu’ait connu l’UE depuis 2010. Ces résultats s’expliquent par la croissance vigoureuse affichée par de nombreuses destinations et par le redressement de celles en repli les années d’avant.

Les cinq premières destinations de l’UE-28 affichent une croissance assez forte des recettes du tourisme international. C’est l’Espagne qui bénéficie de la plus forte croissance (+12 %), suivie du Royaume-Uni (+11 %) et de la France (+8 %). L’Allemagne (+4 %) et l’Italie (+3 %) affichent aussi de bons résultats.

La croissance des dépenses du tourisme international a également été prononcée dans les quatre premiers marchés émetteurs de l’UE-28. L’Allemagne, troisième plus gros marché émetteur dans le monde, affiche une croissance de 3 % au cours de la période allant jusqu’au mois de juin. Au cours du premier semestre 2017, le Royaume-Uni enregistre +8 % de hausse, la France 11 % et l’Italie 5 %. 

Sachant que les arrivées de touristes internationaux devraient atteindre 1,8 milliard en 2030, le plus grand défi pour le secteur du tourisme est de mettre cette croissance au service de la conservation de l’environnement, de l’utilisation rationnelle des ressources et de la préservation des cultures, en faisant en sorte qu’elle ouvre des perspectives économiques pour tous. C’est pour répondre à ce défi qu’a été créé, en 2014, le programme tourisme durable du Cadre décennal de programmation concernant les modes de consommation et de production durables. Le programme combine les connaissances spécialisées, les capacités techniques et les moyens d’action des gouvernements, des ONG, des organisations internationales, des entreprises, des milieux universitaires et des associations de consommateurs. 

Ce deuxième numéro du magazine annuel du programme présente toute une gamme d’initiatives mobilisant les parties prenantes, portant sur l’élaboration et la mise en pratique de politiques de tourisme durable, le renforcement des pratiques durables dans le secteur privé, la mise à disposition de directives en matière de durabilité et de solutions techniques pour tous les acteurs et l’augmentation des investissements en faveur du tourisme durable. Les activités sont des plus variées, allant de la planification pour réduire l’empreinte carbone du tourisme aux Bahamas jusqu’à des formations dispensées au Mozambique, en passant par l’attribution de prix de la durabilité au Brésil. Font également partie du portefeuille du programme des initiatives de conservation de la biodiversité en Nouvelle-Zélande, d’établissement de connexions avec des producteurs locaux en Turquie et de réduction des déchets alimentaires dans les hôtels en Thaïlande. Ces projets concrets sur le terrain illustrent toute la force et tout le potentiel de ce réseau mondial fondé sur la collaboration qui peut avoir un effet positif sur les populations et la planète.

L’OMT, avec les co-chefs de file que sont les Gouvernements de la République française, du Royaume du Maroc et de la République de Corée et avec le secrétariat du Cadre décennal à ONU-Environnement, continuera d’aller de l’avant dans le cadre du programme, avec l’appui et l’engagement fondamentaux des membres du comité consultatif et de nombreux autres partenaires du programme. Nous voulons croire que les projets concrets, l’expérience et les politiques dont il est rendu compte dans le magazine susciteront des initiatives porteuses de transformation dans tout le secteur du tourisme contribuant à un avenir sous le signe de la durabilité et de la résilience pour tous.

Lire le magazine annuel

En savoir plus sur le programme